Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 00:01

Se mettre en rang d'oignon signifie se placer sur une seule ligne.

Mais l'expression n'a pas toujours eu le même sens.

 

L'origine de l’expression « mettre en rang d'oignon » ne provient de la culture de l'oignon en rangées comme on le pense généralement.

On a longtemps cru qu'il s'agissait d'une allusion à la façon que les paysans avaient d'attacher les oignons ensemble avec de la paille : du plus gros au plus petit. Cependant, il ne faut pas lire "rang d'oignons", comme les légumes, mais "rang d'Oignon", comme le maître de cérémonies Artus de la Fontaine Solaro, baron d'Oignon.

Ce noble était l'organisateur des fêtes et cérémonies sous Henri II.

Il était chargé d'attribuer leurs places aux seigneurs en fonction de leur rang protocolaire. Il se fit connaître grâce à la sévérité avec laquelle il faisait se serrer les rangs et respecter les places données, ce qui exaspérait certains qui, par dérision, se considéraient en "rangs d'Oignon."

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 00:01

Importuner, exaspérer.

Courir sur le haricot de quelqu'un c'est l'agacer au plus point.

Cette expression familière est née à la fin du XIXe siècle. Elle signifie que quelqu'un nous agace beaucoup. "Courir quelqu'un" signifiait déjà au XVIe siècle "l'importuner".

Quant au "haricot", il correspondait, en argot, à un "orteil".

De plus, on l'utilisait également sous la forme "haricoter" qui signifia tout d'abord "être mesquin", puis "importuner".


Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 00:01

C’est très difficile.
Se dit lorsqu’il faut surmonter des difficultés pour atteindre un but.

Cette expression, sous une forme un peu différente, est attestée dès le XVe siècle.

A cette époque, la religion était omniprésente, dans toutes les activités et à tous les niveaux de la société. Il arrivait souvent que des cortèges religieux accompagnent les personnages importants. En tête se trouvaient des hommes qui portaient la croix et d'autres qui portaient une bannière, celle-ci servant à différencier la paroisse de la confrérie.

Mais l'organisation de ces processions n'était pas facile. Les formalités, les règles à suivre, le respect de l'importance des participants, qu'elle soit honorifique ou hiérarchique, transformait parfois leur préparation en de véritables casse-têtes.

C'est pourquoi on emploie depuis la fin du XVe siècle "c'est la croix et la bannière", pour qualifier une situation qui demande beaucoup de méticulosité.

On a également dit aux XVIIe et XVIIIe siècles : "Il faut la croix et de l'eau bénite". Par extension, l'expression signifie également que quelque chose est difficile et complexe à réaliser.

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 00:01

Voilà une expression très étrange...

Pour avoir choisi d'associer l'action de " pisser " au terme de " violon " pour dire :
" ça ne sert à rien " ? 


Telle quelle, l'expression date de la fin du XIXe siècle. En réalité, on est passé de "siffler" à "pisser" dans un violon...

Il semblerait qu'on ait dit autrefois "souffler" ou "siffler dans un violon" pour signifier que quelque chose était inefficace ou inutile.

Il ne vous a pas échappé que le violon est un instrument à cordes. Il n'en sortira donc aucun son si l'on souffle ou si l'on siffle dedans.

Il semblerait qu'on ait ensuite utilisé le verbe "pisser" pour donner un effet comique à la locution, son sens restant le même.

Au Brésil ont dit " Matar cachorro a grito " soit : Tuer un chien avec des cris...

... et en Grèce : Faire un trou dans l’eau.

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 00:01

Cette expression est ce qu'on appelle une antiphrase, comme quand on dit "nous voilà beaux" ou "nous voilà propres ". Vous connaissez tous la signification de cette expression Française :

Être dans une très mauvaise situation.

Être dans une position désagréable ou dangereuse.

 "Se mettre dans de beaux draps" signifiant se retrouver dans une situation compliquée.

Mais d'ou vient cette formule ?

Depuis l'Antiquité jusqu'au Moyen Âge, les draps désignaient les vêtement.

Autrefois, on disait " être dans de beaux draps blancs ". A l'origine,  cette expression décrivait une situation honteuse. En effet, les personnes accusées de luxure, d'adultère, devaient assister à la messe habillés de blanc, ce qui devait faire ressortir les aspects " noirs " de leur vie.

Jusqu'à la fin du XVIIe siècle, "mettre un homme en beaux draps blancs" signifiait le critiquer.

"Être dans de beaux draps blancs" voulait donc dire que l'on était sujet aux moqueries, que l'on était dans une mauvaise situation.

Aujourd'hui le qualificatif "blanc" a disparu, mais le sens de l'expression n'a pas changé.

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 00:02
En période de crise, on dit parfois que "c'est la fin des haricots", la fin de tout en quelque sorte...

Cette expression peut avoir deux origines :

La première origine concerne les jeux de société.

Les haricots étaient utilisés pour miser. Lorsque l'on n'avait plus de haricot, la partie était perdue.


La deuxième concerne la nourriture.

Le haricot est un légume très largement cultivé, donc considéré comme un aliment de base, voire médiocre. Lorsque la réserve de haricots était épuisée, les personnes pauvres, les écoliers dans les internats, les marins ou les prisonniers n'avaient plus de quoi manger.

Ainsi, au début du 20ième siècle, dans les internats, on distribuait des haricots aux élèves quand on ne savait plus quoi leur donner en guise de nourriture.

Quand il n'y avait même plus de haricots à manger, c'était la fin de tout.


Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 00:01

L'origine de cette expression vient d'un jeu appelé "bourre".

Arriver à la bourre :

Tout le monde sait que cette expression signifie "arriver en retard". Mais que vient faire le jeu "la bourre" dans cette expression ?

Autrefois, "être à la bourre" signifiait que l'on était pauvre, dans la misère.

Cette expression serait née d'un jeu de cartes appelé "bourre" d'origine occitane (se dit 'lô borô' en occitant). Il se joue avec 32 cartes. Celui-ci pouvait se jouer à 2, 3 ou 4.
Tous les joueurs misaient la même somme, et le tout était ensuite partagé entre eux en fonction du nombre de plis que chacun avait levé. Lorsque l'un d'eux n'avait fait aucune levée, on disait alors qu'il était "bourru".
Au fil des manches, il était possible de ramasser un bon paquet d'argent, si bien que celui qui "bourrait" était celui qui avait perdu toute sa fortune, qui avait pris du retard dans le nombre de plis amassés.

Par extension, " être à la bourre " est entré dans le langage courant pour exprimer " être en retard ".

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 01:01

Pourquoi dit-on 107 ans, et pas 88 ou 123 ?

 

 " Bon, tu te dépêches oui ? Je vais pas poireauter 107 ans ! "

Cette expression signifie bien sûr attendre très longtemps. Mais pourquoi utilise-t-on le nombre 107 ?

On dit souvent que la construction de la cathédrale Notre-Dame de Paris a duré 107 ans. C'est de là que viendrait l'expression. De nombreux architectes s'y sont succédés...

Cependant, en cherchant un peu, je me suis rendu compte que la durée totale de la construction de notre Dame serait bien plus longue.
Lorsque l'on pense avoir trouvé l'origine d'une expression, il reste parfois une part de mystère.

Attention aux " copier - coller " sur internet, il y a souvent des erreurs !
 

Quant à poireauter ou " faire le poireau ", il faut savoir qu'au milieu du XIXe siècle, l'expression était en réalité "planter son poireau". Elle provenait sans doute de la locution "rester planté", qui sous-entend l'immobilité et l'inactivité.

" Faire le poireau " signifie que l'on reste droit et immobile à attendre longuement.

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 00:01


Avoir la berlue signifie avoir des hallucinations.


Par extension du sens médical et premier de cette expression, c'est se faire une fausse idée de quelque chose … comme les malades qui ont un éblouissement et sont, à la lettre, éberlués.
La berlue est une lésion de la vue, dans laquelle on voit des objets que l'on n'a pas réellement devant les yeux, tel que des mouches, des toiles d'araignées, etc.

Le mot "berlue" viendrait du provençal "beluga", qui signifie qui veut dire "étincelle, qui éblouit".

Notez qu'au XIIIe siècle ce mot signifiait également " fable, discours merveilleux destiné à aveugler l'esprit ".


 " Tu as la berlue ou quoi ? " Cette remarque est rarement positive...

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 00:01


L'expression Française " Avoir un nom à coucher dehors " est à prendre au premier degré...

Aujourd'hui, cette expression signifie avoir un nom difficile à prononcer ou à retenir.

 

Son origine remonterait au moyen age. Lorsque, la nuit tombée, une personne était perdue et devait demander le gîte à des inconnus, il valait mieux pour elle qu'elle ait un nom à résonance "chrétienne" pour que quelqu'un accepte de lui offrir un endroit où passer la nuit.

Il en était de même dans les auberges où les personnes dont le nom était le plus bourgeois avaient le plus de chances d'obtenir une chambre. Les autres devaient dormir dehors.

Pour se faire admettre dans une auberge, il fallait montrer patte blanche, c'est-à-dire d'abord énoncer son patronyme. Et celui qui n'avait pas un nom très " chrétien " avait de fortes chances de devoir passer son chemin ou au mieux, coucher à l'écurie.


Ensuite, une fois admis, la tenue vestimentaire et la noblesse du nom avaient leur importance pour l'affectation des plus belles ou plus inconfortables chambres.


L'armée napoléonienne serait une autre origine possible.

Elle était composée de nombreux soldats recrutés lors des campagnes à l'étranger. Lors des stationnements dans des villes, les habitants étaient tenus d'héberger les officiers titulaires d'un billet de logement. Certains de ces officiers avaient des noms de consonance étrangère, ils pouvaient passer pour des ennemis.

On disait qu'ils avaient de " nom à coucher dehors avec un billet de logement ".

Repost 0
Published by Peter Pan - dans Expression
commenter cet article

  • : Mon carnet à spirales
  • Mon carnet à spirales
  • : Chaque jour, je proposerai la définition d'un mot ou une expression nouvelle, selon mon inspiration, l'actualité ou les difficultés rencontrées sur un terme.
  • Contact

Rejoignez-moi

face book peter pan

Recherche Par Mot

A propos de ce blog

  Chaque jour, je proposerai la définition d'un mot ou une expression nouvelle, selon mon inspiration, l'actualité ou les difficultés rencontrées sur un terme.

 

Définition Au Hasard