Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 00:01

 

Pour faire suite à l’article d'hier sur les noms dont le genre paraît incertain, voici quelques noms communs qui s'emploient indifféremment au masculin et au féminin :

 

un ou une alvéole,

un ou une après-guerre,

un ou une après-midi,

un ou une arsouille,

un ou une ébène,

un ou une holding, (mot anglais),

un ou une palabre,

un ou une parka,

un ou une phalène,

 

 

Repost 0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 13:30


 

Au masculin :

 

A : un abaque, un abysse, un accessit, un aconit, un acrostiche, un adultère, un aéronef, un agrume, un ail, un amalgame, un ambre, un amiante, un anathème, un animalcule, un antidote, un antipode, un antre, un apanage, un aparté, un apogée, un appendice, un arcane, un archipel, un argent, un armistice, un arôme, un arpège, un artifice, un astérisque, un asphalte, un astragale, un attique, un augure, un auspice, un autoclave, un avorton.

B : un baffle, un balustre, un bastringue.

C : un camée, un codicille, un colchique.

D : un denticule.

E : un effluve, un edelweiss, un édicule, un elfe, un ellébore, un éloge, un embâcle, un emblème, un emplâtre, un épiderme, un épilogue, un épisode, un équinoxe, un esclandre, un escompte, un exergue, un exorde.

F : un farniente.

H : un haltère, un hémisphère, un hospice, un hyménée, un hymne.

I : un impair, un inceste, un intérim, un intermède, un interstice, un intervalle.

L : un libelle.

N : un nocturne.

O : un obélisque, un onyx, un opercule, un opprobre, un orifice, un ovule.

P : un pétale, un pétoncle, un planisphère, un poulpe.

S : un squale, un socque, un stère.

T : un tentacule, un termite, un testicule, un trille, un tubercule.

clochette-petite.gif

Au féminin :

 

A : une abscisse, une abside, une acoustique, une acné, une alcôve, une algèbre, une altesse, une amanite, une amnistie, une anagramme, une anicroche, une anode, une antichambre, une apothéose, une arabesque, une arachide, une arche, une aréole, une argile, une artère, une aspirine, une atmosphère, une autoroute, une aurore, une azalée.

B : une bakélite, une bamboche.

C : une campanule, une caténaire, une cathode, une chromo, une cithare, une congère, une coriandre.

D : une dupe, une diatribe.

E : une ébonite, une ecchymose, une échappatoire, une échauffourée, une écritoire, une écumoire, une égide, une embûche, une émeraude, une emphase, une emprise, une encaustique, une encyclique, une enzyme, une éphéméride, une épigramme, une épitaphe, une épithète, une épître, une équivoque, une escarre, une espèce, une esperluette (&), une étole, une extase.

F : une foulque.

G : une gemme, une gent, une gestuelle.

H : une hécatombe, une hydre.

I : une icône, une immondice, une impasse, une imposte, une interface.

M : une mandibule, une météorite, une moustiquaire.

O : une oasis, une octave, une ode, une odyssée, une omoplate, une oriflamme, une orque.

P : une panacée, une patère, une primeur, une psyché.

R : une réglisse, une rixe.

S : une scolopendre, une spore, une stalactite, une stalagmite, une stèle.

T : une tique, une topaze.

U : une urticaire.

V : une vésicule, une virago.

 

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 23:00

Ces mots ne peuvent pas s’écrire au singulier


 

Au masculin :

 

A : des abats, des acariens, des addenda (sans s), des agissements, des agrès, aux aguets, des alentours (mais sans s : l’adverbe alentour), des appas, des appointements, des arcanes, des arrière-petits-enfants, des atours, des auspices, des arrérages.

B : des beaux-arts, des beaux-parents, des brisants, des bestiaux.

C : des communaux, aux confins.

D : des déboires, des décombres, les dépens.

E : des effluves, des environs, des errements, des ébats, des entrelacs.

F : des fastes, des fonts (baptismaux), des frais.

G : des grands-parents, des gravats.

H : des honoraires.

I : des impedimenta, (sans accent et sans s).

L : des lazzi (sans s), des limbes.

M : des mânes, ses Mémoires, des missi dominici (sans s).

P : des pénates, des picaillons, des pourparlers, des préparatifs.

R : des rets.

S : des salamalecs, des scellés, des sévices.

T : des thermes.

U : des us.

V : des vivres.

clochette-petite.gif

Au féminin :

 

A : des accordailles, des affres, des agaceries, des alluvions, des ambages, des arrhes, des annales, des armoiries, des archives.

B : les babines, des bacchanales, des balayures, des belles-lettres, des bésicles, des braies, des branchies, des brisées.

C : des calendes, des castagnettes, des catacombes, des chausses, des complies, des comestibles, des condoléances, des coordonnées.

D : des doléances.

E : des écrouelles, des entrailles, des épousailles;

F : des fiançailles, des floralies, des frusques, des funérailles.

G : des gens, des géorgiques, des guenilles.

H : des hardes.

I : les ides, des immondices, des intempéries.

J : des jérémiades.

L : des latrines, des laudes, les lombes.

M : des mathématiques, des matines, des mœurs.

N : des nippes.

O : des obsèques, des ouailles, des ouïes.

P : des pierreries, des pouilles, des prémices.

R : des relevailles, des représailles, des rillettes, des ripailles, des royalties (de son ti).

S : des saturnales, des semailles, des simagrées.

V : des vacances (congés), des vêpres, des victuailles.


Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 20:57

Ne pas confondre...


aurifier une dent ; horrifier les spectateurs

 

bâiller d'ennui ; bayer aux corneilles ; bailler (donner) un présent

 

buter sur un caillou ; butter les pommes de terre

 

chaumer après la moisson ; chômer (ne pas travailler)

 

compter les points ; conter une histoire

 

délacer les chaussures ; délasser un public

 

desceller une grille ; desseller un cheval ; déceler un indice

 

détoner avec force ; détonner dans un décor

 

exaucer une prière ; exhausser une digue

 

épicer un plat ; épisser deux cordes

 

goûter la sauce ; goutter comme un robinet

 

haler une remorque ; hâler en plein soleil ; aller et venir

 

mater une mutinerie ; mâter une frégate

 

pauser (Appuyer sur une syllabe en chantant) ; poser des jalons

 

panser une plaie ; penser à l'avenir

 

pêcher un poisson ; pécher par excès

 

résonner sourdement ; raisonner de travers

 

roder une voiture ; rôder autour de la maison

 

sceller un pacte ; seller un cheval ; celer un secret (cacher)

 

s'égailler comme des moineaux ; s'égayer aux dépens des victimes

 

tacher sa chemise ; tâcher de la nettoyer

 

tinter le glas ; teinter une boiserie, (mais attention on dit teindre un vêtement)

 

vanter ses mérites ; venter et pleuvoir

 


Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 00:01

« Pécunier » n'existe pas !

Il est pourtant utilisé par beaucoup de gens, c'est un barbarisme.

Le mot correct est pécuniaire : qui a rapport à l'argent.

Son origine remonte au XIIIème siècle, du latin pecuniarius = relatif à l'argent.

Le pécune est d'ailleurs un terme vieilli qui désigne l’argent comptant.

Ne pas confondre avec le pécule, qui est plutôt un capital économisé peu à peu, mais qui est également lié à l'argent.

Repost 0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 00:01

Outremer et outre-mer existent mais ne désignent pas la même chose :

 

Outremer (en un seul mot) désigne la couleur outremer, à savoir le bleu intense de la pierre du même nom ou lapis-lazuli.

 

Outre-mer (avec un trait d'union) désigne quant à lui un territoire situé au-delà de la mer (de manière générale). Exemple : les pays d'outre-mer. Autre exemple : la France d'Outre-mer (avec une majuscule dans ce cas puisqu'il s'agit d'un nom propre).

 

Repost 0
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 00:01

Voici deux mots de sens opposés qui n'obéissent pas aux mêmes règles d'orthographe :

« exclu » ne prend pas de « s » à la fin, tandis que « inclus » en prend un.

 

On dit pourtant exclusion et inclusion ; mais voici une petite astuce pour s'en souvenir :
au féminin, on ne dit pas « excluse » mais « exclue », alors que l'on dit « incluse » et non pas
« inclue  ».

 

Repost 0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 00:01

La première solution est la bonne, et la deuxième est fausse, erreur courante pourtant !

Cette expression qui permet d'exprimer sa reconnaissance est à la base : « savoir gré… » (Académie française). Savoir gré à quelqu'un de quelque chose.

peter-pan-salue.gif

Exemple : « Je vous saurais gré d'avoir la gentillesse de me laisser des commentaires. »

Repost 0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 00:01

La bonne réponse est « ce qui s'ensuit », du verbe « s'ensuivre » (qui désigne la conséquence de quelque chose).

Ce verbe présente la particularité de ne se conjuguer qu'à la 3ème personne du singulier ou du pluriel.

L'erreur consistant à écrire « ce qui s'en suit » est très courante !

 

Il existe néanmoins un cas où « en » est séparé du verbe : dans le cadre de l'emploi du participe passé, (mais attention, on rajoute l'auxiliaire « être » !)

Il s'en est suivi.


 

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 00:01

On écrit « aller de pair » et non « aller de paire ».

Rien à voire une paire de chaussettes (de l’archiduchesse ou autre).

 

« De pair » signifie ici à l'unisson, ensemble, dans un but commun.

Cela n'implique pas que seuls deux éléments soient associés.

 peter pan et enfants sur nuage gif animé

Repost 0

  • : Mon carnet à spirales
  • Mon carnet à spirales
  • : Chaque jour, je proposerai la définition d'un mot ou une expression nouvelle, selon mon inspiration, l'actualité ou les difficultés rencontrées sur un terme.
  • Contact

Rejoignez-moi

face book peter pan

Recherche Par Mot

A propos de ce blog

  Chaque jour, je proposerai la définition d'un mot ou une expression nouvelle, selon mon inspiration, l'actualité ou les difficultés rencontrées sur un terme.

 

Définition Au Hasard